Le sport, une passion qui coûte cher

Incontournable et tendance, le sport s’est invité dans la vie quotidienne de tout un chacun. Qu’il s’agisse de le pratiquer, de le regarder, ou les deux, il faut être prêt à casser sa tirelire.

De nos jours, la plupart des gens pratiquent une activité sportive. De la course à pied à la natation, en passant par la boxe ou le Pilates, il y en a pour tous les goûts. Et pour tous les budgets ! Mais entre les licences, les inscriptions en club et l’équipement, ça peut coûter cher très vite. Et la note peut être encore plus salée quand on y ajoute le montant des abonnements télé pour les compétitions sportives. En effet, avec la multiplication des diffuseurs, les abonnés doivent payer toujours plus cher.

Le prix du sport à la télé

Le marché du sport à la télévision a été énormément chamboulé depuis 2012 et l’arrivée de beIN Sports. Depuis, les diffuseurs se multiplient et s’échangent les droits des compétitions au point de donner le tournis aux téléspectateurs. Pour preuve, la Ligue des champions est successivement passée de Canal+ à RMC Sport en passant par beIN, en l’espace d’à peine 6 ans. De la même manière, les droits pour la diffusion du tennis masculin, détenus depuis 2014 par beIN, viennent d’être récupérés par Eurosport pour la période 2019-2023.

La Formule 1 sur Canal+, la NBA, sur beIN, la Ligue des champions sur RMC Sport, le tennis sur Eurosport… Devant une telle diversité de sports et d’acteurs, les spectateurs sont amenés à dépenser autour de 900 euros par an pour pouvoir apprécier l’intégralité des compétitions et championnats. Mais qu’en est-il de l’autre côté de nos frontières ? État des lieux et comparaison avec nos voisins européens.

Crédit : Tim Guigon.

Au Royaume-Uni, la diffusion des événements sportifs est détenue par deux grandes chaînes payantes : Sky Sports et BT Sport. La première possède 10 canaux tandis que la seconde en offre 5, dont ESPN UK.

Les abonnés aux deux chaînes peuvent ainsi regarder l’ensemble des championnats de football et compétitions européennes, le rugby, la F1 et la MotoGP, le tennis, la boxe et le MMA, ainsi que le cricket, le golf, la NBA, la NFL et même les tournois de fléchettes !

Pour recevoir l’intégralité de Sky Sports, il faut compter 940 €/an, et pour l’ensemble de l’offre BT Sport, il faut débourser 460 €/an.

LE SPORT À LA TV AU ROYAUME-UNI
1 300 €/an pour l’intégralité du sport
Salaire minimum = 1 400 €/mois
Salaire moyen = 37 466 €/an

Source salaire OCDE

En Allemagne, les chaînes publiques ZDF et ARD, gratuites, acquièrent régulièrement de nombreuses compétitions sportives comme récemment la Coupe du monde de football et le Tour de France. À leurs côtés, deux diffuseurs spécialisés dans le sport trustent les événements et championnats. Sport 1 se positionne principalement sur le tennis féminin, les sports américains, le football français et italien, avec une offre à 180 €/mois. Son rival, Sky, propose quant à lui la Bundesliga, la Ligue des champions, la boxe, le tennis masculin et la Formule 1 à travers des bouquets allant de 300 à 600 €/an.

L’une des spécificités de la diffusion du sport sur les écrans en Allemagne se nomme DAZN. Une plateforme de streaming qui est au sport ce que Netflix est aux séries et au cinéma. Disponible sur tous les écrans, DAZN – qui n’est pas de la télé à proprement parler – possède notamment dans ses catalogues les sports nord-américains, la Premier League, le golf, la Coupe Davis et la boxe, pour 120 €/an. Le succès de DAZN témoigne de l’évolution des modes de consommation des spectateurs et de la volonté des instances sportives à développer leurs canaux de diffusion. Dernier gros coup en date réalisé par la plateforme de streaming, la signature d’un contrat de 11 combats sur 5 ans avec le champion de boxe des poids moyens, Canelo Álvarez, pour une valeur de 317 millions d’euros.

LE SPORT À LA TV EN ALLEMAGNE
600 €/an pour l’intégralité du sport
Salaire minimum = 1 498 €/mois
Salaire moyen = 40 687 €/an

Source salaire OCDE

Contrairement à la France, l’Espagne fait la part belle aux offres gratuites. Le groupe RTVE, entièrement financé par l’État, diffuse de nombreux sports populaires majeurs, comme la Ligue des champions, le vélo, le badminton, le tennis, les sports mécaniques ou encore le championnat espagnol de basket-ball et l’athlétisme.

L’opérateur Movistar, leader du marché, inclut dans ses bouquets ses chaînes « Deportes » (sports en espagnol), détentrices de matches NBA, de tennis, de rugby, de l’EuroLeague, de golf et rallye. Coût de l’abonnement : 120 €/an.

Récemment connu en France pour avoir raflé les droits de diffusion de la Ligue 1 pour la période 2020-2024 à plus de 1,15 milliard d’euros par an, Mediapro détient en Espagne l’essentiel des droits télévisés de la Liga (huit matches sur dix), ainsi que ceux de la Ligue des champions et de l’Europa League. Le groupe média produit et diffuse pour l’instant ses contenus sur les chaînes beIN, dans le cadre d’un accord trouvé cet été avec l’ancien détenteur des droits télévisés. Coût de l’abonnement 120 €/an.

Toujours dans ce « marché des transferts » des droits télévisés, il faut noter que le groupe Telefónica – auquel appartient Movistar – a racheté cet été à Mediapro la diffusion des matches de Ligue des champions jusqu’en 2021.

LE SPORT À LA TV EN ESPAGNE
240 €/an pour l’intégralité du sport
Salaire minimum = 859 €/mois
Salaire moyen = 32 941 €/an

Source salaire OCDE

Le coût de la pratique sportive

Harris Interactive a réalisé en décembre 2017 pour Cetelem une enquête sur la pratique sportive en France. Au cœur de celle-ci, on apprend que 57 % des Français considèrent que la pratique sportive est chère. Un constat particulièrement partagé par les femmes (63 %), les plus jeunes (68 %) et les personnes issues des catégories populaires (65 %).

Ce coût jugé trop élevé incarne un véritable frein au développement du sport et pose le problème de son accessibilité. En effet, dans cette même étude, on découvre que 48 % des Français déclarent avoir déjà renoncé à une pratique sportive en raison de son prix. Par ailleurs, 38 % des parents reconnaissent avoir renoncé à inscrire leurs enfants à certains sports du fait de leur coût.

Sport&Associés s’est ainsi penché sur le coût de la pratique sportive à travers une dizaine de disciplines collectives et individuelles en prenant en compte le prix moyen d’une cotisation et de l’équipement nécessaire.

Cotisation en région parisienne : 220 € (licence incluse)

En province : environ 120 € (licence incluse)

Chaussures Nike LeBron 15, modèle le plus vendu en 2018 : 150 euros

Ensemble short + tee-shirt collection James Harden Adidas : 90 euros

Cotisation en région parisienne : 275 € (licence incluse)

En province : 165 € (licence incluse)

Chaussures : 130 € pour un modèle Hummel

Ensemble short + tee–shirt : 50 €

Cotisation en région parisienne : 230 € (licence incluse)

En province : 160 € (licence incluse)

Chaussures : environ 80 € pour un modèle classique

Ensemble short + tee-shirt : 70€

Cotisation en région parisienne : 300 €

En province : 280 €

Kimono :  90 €

Cotisation en région parisienne : 1 500 €

En province : 1 500 €

Équipement : compter minimum 500 €

Cotisation en région parisienne : 400 €

En province : 350 €

Équipement : 300 €

Mud Day : à partir de 82 € en solo, 72 € à 4.

Marathon de Paris : 80 € à 119 €

CrossFit : 15 € la séance, environ 1 000 € l’année

Urban foot : 60 € à 100 € de l’heure

Spartan (course d’obstacles) : 59 € à 79 €

No Limit Race : 54 €

Basket : à partir de 2 200 €

Tennis : à partir de 2 000 €

Athlétisme : à partir de 1 500 €

Multisport : à partir de 1 000 €

Rugby : à partir de 3 000 €

Handbike : à partir de 2 500 €

Le seule endroit où « succès » est devant « travail », c’est dans le dictionnaire. “Winning isn’t everything, it’s the only thing.”
Mon Mont Rushmore du sport : Wayne Gretzky, Isiah Thomas, Ronaldo Luís Nazário de Lima, Andre Agassi.

Poster un Commentaire

avatar
  Suivre la conversation  
Me notifier des