Australie : un pays de footy

Bien loin des eaux bleues du Pacifique, c’est sur la terre ferme que les Australiens se déchaînent. Oubliez le soccer européen, le surf, ou encore le rugby. Au pays des kangourous, la religion qui transcende les foules, c’est le football. Le leur. Pas celui qui se joue avec un ballon rond, mais celui qui se pratique avec une balle ovale, appelée « footy ». À la croisée entre notre football et le rugby, ce sport typique de l’Australie oppose deux équipes de 18 joueurs qui jouent des pieds et des mains pour inscrire le plus de buts possible entre quatre poteaux.

Pour rapidement comprendre le football des Australiens et ne pas passer pour un inculte devant les 100 000 spectateurs déchaînés du Melbourne Cricket Ground, voici un petit précis de la discipline :

  • Le championnat professionnel AFL met aux prises 18 équipes (8 chez les femmes) qui s’affrontent ensuite lors de playoffs, parachevées par une finale sur le même modèle que le Super Bowl, appelée « Grand Final ».
  • Chaque équipe aligne 18 joueurs sur le terrain.
  • La rencontre se dispute sur une pelouse ovale pouvant aller jusqu’à 185 mètres de long pour 155 mètres de large.
  • La durée d’un match est de 80 minutes, sous forme de 4 quart-temps de 20 minutes.
  • Les joueurs sont libres de se servir aussi bien de leurs pieds que de leurs mains, que ce soit pour frapper la balle ou tacler l’adversaire.
  • Les chocs entre joueurs sont impressionnants et les bagarres éclatent parfois. Il ne faut donc pas s’étonner de voir les arbitres faire de grands gestes, souvent cocasses, pour signaler une faute.
  • Pour marquer un but d’une valeur de 6 points, il faut réussir à envoyer le ballon au pied entre les deux poteaux centraux.
  • Pour inscrire 1 point – ce que les Australiens appellent « behind » –, il faut que la balle rebondisse sur l’un des poteaux extérieurs ou passe entre celui-ci et l’un des poteaux centraux.
  • Si le ballon traverse l’espace entre les deux poteaux centraux par un autre moyen qu’un coup de pied, alors le but ne vaut qu’un point.
  • Quand le ballon sort en touche, c’est un arbitre qui le remet en jeu. Celui-ci se place sur la ligne de touche, dos au terrain, et lance le ballon à l’aveugle.
La touche très particulière du football, effectuée par un arbitre dos au jeu. Crédit : AFL.

Plus fort que le football français

Avec ses 1 547 915 licenciés – dont 463 364 femmes pour 15 431 clubs –, le football a de quoi rendre jaloux le soccer hexagonal. En effet, à titre de comparaison, la Fédération française de football (FFF), c’est 2,2 millions de licenciés, 165 000 femmes et 14 993 clubs pour une population presque de trois fois plus importante ! Pas de quoi pavoiser.

Une passion qui se retranscrit également dans les stades. L’AFL, première division de football, affiche en moyenne 34 000 supporteurs par rencontre. Une affluence qui dépasse largement celle de la Ligue 1 en 2017-2018 (22 600 spectateurs).

Le Melbourne Ground Cricket est le plus grand stade d’Australie avec ses 100 000 places. Crédit : AFL.

Sport national

En Australie, le phénomène football ne s’arrête pas là. Il crève même l’écran. La dernière finale du championnat, entre West Coast et Collingwood, a été regardée par 4,297 millions de téléspectateurs ! Cette frénésie attire donc naturellement des sponsors aux noms ronflants, parmi lesquels Coca-Cola, McDonald’s, Toyota, Tissot, Mars, Special K, ou encore Gatorade, permettant ainsi à l’AFL de jouir d’un business florissant. En 2017, la ligue a réalisé un excédent net de 30,7 millions d’euros et signé un contrat de 1,6 milliard d’euros pour la vente de ses droits de retransmission télévisée jusqu’en 2022.

Puissants et explosifs, les athlètes d’AFL combinent les aptitudes physiques des rugbymen et des footballeurs américains. Crédit : AFL.

À l’image des franchises américaines de NBA ou de NFL, chaque club professionnel australien arbore une identité qui lui est propre. Des « West Coast Eagles » aux « Fremantle Dockers » en passant par les « Essendon Mighty Bombers », on y découvre des équipes aux logos, maillots et hymnes officiels détonants. Chez Sport&Associés, on a une préférence pour les « Brisbane Lions », dont la chanson officielle n’est autre que… La Marseillaise ! Dans une version opéra rock aussi amusante qu’entraînante.

Le football fait naître une émulation comme aucun autre sport en Australie. À la fin des matches, il est fréquent de voir un envahissement de terrain par les supporteurs, qui célèbrent dans tous les sens et tapent dans leurs ballons pendant qu’une fanfare joue de la musique dans un coin. Une scène de liesse qui démarre toujours après l’autorisation du speaker. En Australie, même quand on fait la fête, on est discipliné.

Sens de l’honneur

Pays guerrier s’il en est, ou en tout cas qui honore ses batailles, l’Australie célèbre tous les 25 avril l’engagement de ses troupes au cours de la Première Guerre mondiale. Et quoi de mieux qu’un bon match de foot pour commémorer cet « ANZAC Day » ? Ainsi, les équipes de Collingwood et Essendon s’affrontent chaque année depuis 1995, dans le gigantesque stade MCG de Melbourne (100 000 places), pour rendre hommage à ceux qui ont combattu. Un clash de la banlieue nord de Melbourne qui vaut le détour :

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux !

AUSTRALIE

  • 24,6 millions d'habitants 

Jeux olympiques : 512 médailles (11e total), 152 en or, 168 en argent et 192 en bronze

Sports pourvoyeurs de médailles olympiques : natation (188, dont 60 en or), athlétisme (73, dont 21 en or), cyclisme (51, dont 14 en or), aviron (40, dont 11 en or)

Athlète le plus médaillé : Ian Thorpe (natation) avec 9 médailles (5 titres olympiques, 3 médailles d’argent, 1 de bronze).

Plus grande enceinte sportive : Melbourne Cricket Ground (100 024 places)

Sports les plus pratiqués : 

Foot australien : 1 547 915 licenciés, dont 463 364 femmes

Basket-ball : 1 015 000 licenciés, 60 000 équipes, 5 médailles olympiques (3 en argent, 2 en bronze) et un titre mondial pour l’équipe féminine, un titre continental et quatre 4e place aux JO pour l’équipe masculine

Tennis : 932 586 licenciés, organise tous les ans un des 4 tournois du Grand Chelem (l’Open d’Australie) qui existe depuis 1905

Cricket : 703 870 licenciés, 30 % de femmes, 5 titres mondiaux pour l’équipe masculine

Netball : 508 948 licenciées, 4 529 terrains de jeu, 11 fois championnes du monde

Surf : 475 000 pratiquants dans le cadre scolaire, 200 clubs (17 000 membres), 117 écoles spécialisées, 600 plages

Rugby : 246 000 licenciés, 931 clubs, 1 médaille d’or olympique (1908), 2 titres de champions du monde de rugby à XV, 11 fois champions du monde de rugby à XIII

Hockey sur gazon : 95 400 licenciés, 3 titres de champions du monde et 1 titre de champions olympiques pour l’équipe masculine, 2 titres de championnes du monde et 3 titres olympiques pour l’équipe féminine

Endurance : 19 titres mondiaux en triathlon, 11 titres mondiaux en Ironman

Poster un Commentaire

avatar
  Suivre la conversation  
Me notifier des