Super Bowl : entre touchdowns et chicken wings

Aux États-Unis, la Ligue de football américain (NFL) possède son propre jour de la semaine. Et c’est le même que celui de l’église : le dimanche. Ainsi, depuis le début du championnat, le 6 septembre dernier, les Américains assistent religieusement, chaque jour du Seigneur, à leur messe sportive, entre 13 heures et minuit.

Le point d’orgue de la saison, sorte de Noël de la NFL, c’est le Super Bowl : cette grande finale qui oppose les deux meilleures équipes du pays au cours d’une rencontre-événement sans égal dans le sport. Comme chaque saison, il se déroule le premier dimanche de février (le 3 cette année) et verra s’opposer, pour sa 53e édition, les New England Patriots de Tom Brady aux Los Angeles Rams d’Aaron Donald.

Cette année, le Super Bowl est diffusé dans la nuit de dimanche 3 à lundi 4 février, à 00 h 30 (sur TF1 et beIN). La rencontre se déroulera au Mercedes-Benz Stadium (Atlanta), un dôme capable d’accueillir 75 000 personnes. Pour ceux qui n’ont pas la possibilité de débourser 5 000 dollars (moyenne pour une place dans le stade), le show aura lieu sur la chaîne américaine CBS. Celle-ci prévoit d’ailleurs plus de 110 millions de téléspectateurs rien que sur le territoire américain… Des projections loin d’être farfelues quand on sait que le Super Bowl détient 9 des 10 meilleures audiences de tous les temps aux États-Unis.

Ce 53e Super Bowl oppose les New England Patriots aux Los Angeles Rams. Une « revanche » de l’édition 2002 qui a vu la franchise de Tom Brady remporter son 1er titre.

Outre les touchdowns, sacks et autres field goals qui rythment la rencontre, le spectacle a également lieu… à la mi-temps ! On peut en effet affirmer, sans se tromper, que la seule fois de l’année où le public scrute attentivement un spot publicitaire, c’est pendant la pause du Super Bowl. Les marques cherchent d’ailleurs souvent à faire un coup avec des mises en scène mémorables à l’image de celles-ci :

Mais pour apparaître à la mi-temps du Super Bowl, il ne suffit pas d’être créatif. Il faut avant tout mettre la main à la poche. À plus de 5 millions de dollars le spot de 30 secondes, la publicité représente une manne financière colossale pour le diffuseur. En 2018, NBC – qui retransmettait alors la rencontre – a généré 414 millions de dollars pendant la seule durée du Super Bowl, en 49 minutes et 35 secondes de pub. Un montant qui excède 500 millions de dollars quand on y ajoute l’avant et l’après-match. Colossal.

La mi-temps du Super Bowl, ce n’est pas que des pubs. C’est également un spectacle XXL, présenté comme le concert le plus suivi au monde et mettant en scène les plus grands artistes du moment. S’ils ne perçoivent pas de cachet, les ventes d’albums explosent littéralement le soir même de leur prestation. En 2017, le show de la diva pop Lady Gaga s’est traduit, selon l’institut Nielsen Music, par 150 000 ventes d’albums supplémentaires sur les plateformes de téléchargement.

Outre le succès au niveau commercial, le concert du Super Bowl peut également provoquer un buzz monstre. C’est ce qui s’est passé en février 2004 quand Justin Timberlake a dévoilé le sein de Janet Jackson. Pour l’anecdote, le scandale fut tel qu’il a créé un précédent. Désormais, un délai de 5 secondes est instauré entre le direct et la diffusion TV pour éviter tout nouveau dérapage. Cette année, le spectacle musical sera animé par les Maroon 5 accompagnés de Travis Scott et Big Boi.

Le Super Bowl, c’est avant tout la finale du championnat NFL. Chaque premier dimanche de février, il met aux prises les vainqueurs des conférences AFC et NFC, sur terrain neutre. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi. Quand elle est créée en 1920, la NFL se joue comme un championnat classique, semblable à notre Ligue 1 de football : l’équipe avec le meilleur bilan est sacrée championne. Problème, en 1932, les Chicago Bears et les Portsmouth Spartans achèvent la saison avec le même parcours (6 victoires, 1 défaite). Égalité parfaite. La Ligue organise alors un match pour les départager. C’est l’ancêtre du Super Bowl. Dès l’année suivante, la NFL inscrit dans son règlement cette idée de finale et met en place, pour se faire, deux groupes d’équipes, dont les meilleures s’affrontent en fin de saison. Il faut cependant attendre plus de trente ans avant de voir apparaître le nom de Super Bowl.

En 1966, deux Ligues majeures existent chacune de leur côté : la NFL et l’AFL. Si, à l’époque, il est question de fusionner les deux ligues, il est également évoqué de créer une rencontre qui opposerait leurs vainqueurs respectifs. La seconde option est retenue et, très rapidement, le terme de Super Bowl s’impose dans le langage courant pour définir ce match alors inédit : il apparaît ainsi en une du New York Times en 1967. 

Il faut ensuite attendre 1970 et la 4e et dernière édition de cette finale entre la NFL et l’AFL pour que le Super Bowl entre officiellement dans les mœurs. Dès 1971, la NFL absorbe l’AFL et organise le premier Super Bowl intégrant la numérotation en chiffres romains iconique de l’événement.

Si l’emploi du mot « Super » semble logique, le mot « Bowl » l’est moins. Pourtant, il est culturellement le plus approprié. En français, « bowl » peut se traduire par « saladier » ou « cuvette ». Or, ce terme caractérise aussi bien la forme des stades de football américain que plusieurs derbies universitaires créés au début du XXe siècle : le Rose Bowl (1923), qui a lieu à Pasadena ; l’Orange Bowl (1935) à Miami ; le Sugar Bowl (1935) à La Nouvelle-Orléans ; le Cotton Bowl (1937) à Dallas, etc.

Alors que les hippies fumaient et dansaient à Woodstock en 1969, la NFL déposait deux mots qui valent aujourd’hui des milliards de dollars : « Super Bowl ». Une marque si puissante que, en 2007, la Ligue n’a pas hésité à attaquer en justice… une petite église de l’Indiana ! En effet, celle-ci a eu le malheur d’organiser une fête, à l’occasion de la grand-messe du foot américain, afin d’obtenir des fonds pour les jeunes défavorisés. Pas du tout du goût de la NFL. Son erreur ? Distribuer des prospectus avec la mention « Super Bowl Party ». Extrêmement stricte et possessive vis-à-vis de sa poule aux œufs d’or, la NFL n’autorise l’usage de « Super Bowl » qu’aux diffuseurs officiels et aux médias d’information. L’église n’entrant dans aucune de ces catégories, la NFL l’a donc contrainte à mettre un terme à ses activités illicites.

– Les Patriots disputent le 11e Super Bowl de leur histoire. Ils en ont remporté 5. Seuls les Steelers font mieux avec 6 trophées.

– Les Patriots et leur légendaire quaterback Tom Brady jouent leur 9e Super Bowl en 18 saisons.

– Les Patriots ont remporté leur premier Super Bowl en 2002 face aux Rams.

– Avec 9 Super Bowls, Tom Brady a disputé plus d’édition que n’importe quel autre joueur et équipe (excepté la sienne).

– Tom Brady est le joueur ayant remporté le plus de Super Bowls (5)

– Tom Brady détient le record de touchdowns dans l’histoire de la NFL (615), des Playoffs (79) et du Super Bowl (18).

– Les New England Patriots est l’une des trois seules franchises à atteindre le Super Bowl trois années d’affilée (Miami Dolphins et Buffalo Bills étant les deux autres).

– Les New England Patriots est l’équipe à avoir remporté le plus de matches dans l’histoire des Playoffs, à égalité avec les Pittsburgh Steelers.

– 1,33 milliard d’ailes de poulet sont consommées aux États-Unis pendant le Super Bowl.
– 11 millions de pizzas sont livrées.
– 14 000 tonnes de chips sont englouties avec 3 600 tonnes de guacamole.
– 4 500 tonnes de travers de porc sont vendues.
– 52 millions de caisses de bières sont ouvertes.
– La vente d’alcool fort représente plus de 500 millions de dollars et celle du vin près de 600 millions.

Poster un Commentaire

avatar
  Suivre la conversation  
Me notifier des